Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 octobre 2021 2 19 /10 /octobre /2021 15:34
OÙ SONT DONC LES NOTAIRES ? N'ONT-ILS PAS ÉTÉ INVITÉS ? Voici le début du discours du Président Macron à l'ouverture des "Etats Généraux de la Justice" au Futuroscope de Poitiers. Il salue tout le monde ... sauf les notaires ! Où sont-ils ? Qu'est-ce qui se passe ?

Partager cet article
Repost0

commentaires

J
Il est vrai que l'entente est vraiment cordiale entre les Magistrats et le GDS
Si les notaires ne sont pas cités, c'est tout simplement qu'ils n'ont rien à faire au sein de ces débats.
Et pour information méfiez vous du deuxième mandat de MACRON, c'est très loin d'être fait, surtout face à certains candidats pour qui l'europe est un ennemi et pour qui les valeurs républicaines sont autrement plus importantes que pour le président actuel. Vous n'êtes pas à l'abri que vos rêves ne deviennent qu'une chimère.
Répondre
A
Une intuition... et peut-être un peu plus ! Montée en puissance de "l'acte d'avocats" : force exécutoire (déjà bien engagée), accès au fichier immobilier et à la publicité foncière (le monopole des notaires en ce domaine n'existe que depuis 1956), apparition de l'avocat-notaire, comme dans certains pays voisins, ... Tout est possible.
J
Qu'est-ce qui vous permet d'affirmer que le second mandat éventuel de MACRON sera "un schéma de disgrâce annoncée pour le second quinquennat"? Et avec quelles conséquences concrètes?
A
Réponse en mai !
U
Tout simplement parce qu'il n'y a pas besoin de reformer ce qui fonctionne bien...
Ces états généraux n'ont jamais été destiné à réfléchir sur le devenir du Notariat.
Répondre
A
Normal pour une corporation qui l'avait abondamment insulté, et même menacé de mort, il y a quelques années.
Ce Président de la République, qui n'est, à l'évidence, pas le favori des notaires pour la prochaine élection, a la mémoire longue.
A
Les notaires, autoproclamés "magistrats de l'amiable", n'auraient-ils pas leur mot à dire sur l'organisation et le fonctionnement de la Justice, au point que le Président de la République ne les salue pas à l'ouverture de ces "Etats Généraux", voire de n'y être même pas invités ? Étonnant ! Sauf dans un schéma de disgrâce annoncée pour le second quinquennat de ce même Président.